A la poursuite du caillou rouge

Publié le par Mickanaïs

Non pas que Darwin ne soit pas une ville agréable, mais elle reste une "ville" ce qui signifie "dépenses à gogo qu'on éviterait si on était pas dans une ville" ! Il est donc temps de quitter l'extrême Nord du pays, et de prendre la route en direction (entre autres) d'un des endroits les plus réputés et touristiques de toute l'Australie : Uluru, plus connu sous le nom d'Ayers Rock. Vous voyez pas ? Mais siiii rappelez-vous, un gros caillou rouge planté au milieu de nulle part ! Ce milieu de nulle part se trouve d'ailleurs à 2000km de Darwin, mais aussi à 3000km de Cairns, notre future destination. Encore une fois, vu la distance effrayante à parcourir, tous les backpackers sont à la recherche d'économies au maximum. Nous décidons cette fois-ci de chevaucher le bitûme avec Kurt (oui oui le même que dans l'article précédent) et Coralie, où Pix pour les intimes.

GEDC0925 

 

Jeudi 4 et vendredi 5 octobre

Parce qu'on va pas faire 5000km JUSTE pour un caillou rouge, on commence notre road trip par une petite parcelle de route nous emmenant au Kakadu National Park, connu pour être le plus grand parc national d'Australie (19800km²), mais aussi pour ses chutes d'eau spectaculaires, Jim Jim Falls et Twin Falls. Première chose à visiter : Ubirr, un site arborant des peintures rupestres aborigènes, et par lequel il est possible d'accéder à un point de vue saisissant sur des plaines inondables teintées de vert. Second arrêt : l'étang d'Anbangbang, au niveau duquel on peut contempler plusieurs dizaines d'oiseaux aquatiques patauger dans le peu d'eau qu'il reste... Eh oui, nous sommes à la fin de la saison sèche, il n'y a plus beaucoup d'eau dans les environs.

11 4 21

L'étape suivante rappelle un peu le Purnululu National Park : 55km de route apparemment impraticable sans 4x4, et donc nous cherchons à faire du stop, à 4, pour éviter des grosses dépenses ! Une fois à l'entrée de cette route, un bus de touristes s'arrête quelques minutes plus tard pour nous préciser que les 50 premiers kilomètres sont largement praticables en voiture normale. Hop, on prend alors la route, en se disant que dans tous les cas il nous restera 10km de marche aller/retour et que ça reste faisable. Après 50km de route poussièreuse, et 2km de marche en direction des chutes (sur une parcelle extrêmement cabossée, même un super 4x4 roule à 10km/h dessus...), nous voilà pris en stop par.. un ranger ! Oui oui, encore une fois ! Il nous déposera à l'entrée du site, nous évitant 3km de marche en plein soleil : par-fait. On parcourt alors les 900m restant jusqu'aux Jim Jim Falls, qui s'avèrent alors être... une gorge avec quelques bassins. La saison sèche a tellement étanché les environs, qu'il n'y a plus une seule goûte qui tombe ! Nous ne verrons donc pas les Jim Jim Falls en pleine activité, mais nous consolons en nous baignant dans cet endroit plus que magique, parfois même accompagné d'un serpent nageant au loin.. Pour revenir à la voiture, nous serons pris en stop par un père et son fils, assis dans la remorque de leur pickup ! Nous finissons la journée en partant sur Barramundi Gorge, pour une dernière baignade dans piscine naturelle à l'écart de la majorité des touristes.

31 34 41

 

Du 6 au 8 octobre

Et c'est Darty mon kiki pour 1800km de conduite ! Seules escales prévues : les sources chaudes de Mataranka pour prendre un petit bain, et Alice Springs pour faire les amplettes avant de se rendre au gros rocher. Nous arrivons sans aucun problème jusqu'à notre première escale, où nos baignades (accompagné d'un petit serpent tout joli tout jaune pour la première, et de centaines de chauve-souris pour la seconde) font office de douche. 

3-copie-1 2-copie-1

Nous avons par contre dû nous arrêter 150km avant la seconde escale... Où plutôt Holden Paso s'est arrêtée d'elle-même, le ventilateur moteur ne tournant plus. On espère alors qu'il ne s'agit que du gros fusible relié au ventilo (on connait pas le nom en français, mais en anglais c'est relay)... Malheureusement, c'est pas facile à trouver, encore moins au bord d'une route située au milieu de nulle part, avec environ 20 véhicules à l'heure qui croisent votre chemin. Par chance, deux hommes se sont arrêtés avec leur 4x4, et à défaut de nous proposer ce fusible, ils nous ont proposé de nous tracter jusqu'à Ti-Tree, le premier patelin environnant, celui où nous avions fait le plein quelques temps plus tôt. Une fois là-bas, oh surprise ! Il n'y a pas de garage, simplement un petit magasin avec quelques fournitures automobiles. Le gérant nous demande de repasser le lendemain matin, tenter de voir ce qu'il peut faire pour nous aider. Après une petite soirée discussion autour d'une table avec nos gentils sauveurs au 4x4, il est temps d'aller au lit et se préparer au verdict.... Verdict qui est : après quelques minutes d'étude et un petit démontage du fusible en question, nous avons bidouillé un peu le circuit électrique pour que le ventilo tourne de façon continuelle, ce qui nous a permis d'arriver sur Alice Springs sans payer aucun remorquage ! Mais le problème n'est toujours pas vraiment résolu, il faut toujours trouver la source du dysfonctionnement. Après quelques magasins spécialisés dans l'auto, et quelques garages, nous arrivons finalement chez le petit papy expert en électronique, qui nous réparera le problème pour la modique somme de 25$. Elle est pas belle la vie ? Bon, c'est pas tout ça, mais on est pas dans le centre de l'Australie pour enfiler des perles (même si c'est pas le temps qui manque avec le nombre d'heures dans la voiture...), alors hopop on traîne pas et on prend directement l'autoroute pour Uluru, histoire d'y arriver avant 21h, et d'apprécier dès le lendemain matin un joli lever de soleil. 

2 2-copie-3 16

 

Mardi 9 octobre

Mission accomplie ! A 6h, nous étions presque seuls devant Ayers Rock, prêts à mitrailler de photos pour en avoir au moins une de correcte... A 6h15, nous étions entourés d'une petite centaine de touristes débarqués en bus, prêts à mitrailler de photos pour en avoir au moins une de correcte. Tout de suite, l'ambiance perd un peu de son charme ! On se rapproche un peu de la chose, on admire l'immensité du monolithe : en deux mots, vraiment énorme. Mais on profite aussi de la journée pour visiter le site de Kata Tjuta, méconnu du grand public et pourtant tout aussi sympa.

6-copie-1 13 25

 

Mercredi 10 octobre

Une fois ressorti du parc d'Uluru, direction Kings Canyon, dont nous avions beaucoup entendu parler autour de nous. Une fois sur place, on a tout de suite compris l'engouement des gens à nous parler de cet endroit : coloré, vertigineux, offrant une vue imprenable sur les pleines alentours... Aucun regret d'avoir fait le détour, ni d'avoir grimpé au sommet. Au contraire ce sera même la petite claque de ce road trip !

23 5-copie-2 53

 

Jeudi 11 octobre

Retour sur Alice Springs, où plutôt ses environs, appelés MacDonnell Ranges. Nous y ferons deux haltes, la première à Ellery Creek Big Hole, où nous trempons les pieds pendant que Kurt prend un bain, puis à Ormiston Gorge, du haut de laquelle un point de vue frappant de beauté nous attend... mais tout de même pas aussi beau qu'à Kings Canyon. Pour terminer notre dernière journée de visite avant d'entamer l'interminable trajet jusqu'à Cairns (2500km), nous célébrons notre passage au centre de l'Australie avec une bière, dans un pub à l'ambiance saloon façon Western, avec les portes à battant et tout et tout.

17-copie-1 26 28

 

Vendredi 12 et samedi 13 octobre

Rien d'intéressant, au suivant !

 

Dimanche 14 octobre

Petite découverte un peu avant Cairns : les Wallaman Falls, les chutes d'eau les plus hautes d'Australie, avec 268m au compteur. On a clairement fait nos flemmards, nous avons juste admiré les chutes depuis le point de vue juste à côté du parking, sans faire l'effort de descendre jusqu'en bas des chutes. A croire qu'on commence à s'imprégner de la culture australienne, ça se trouve la prochaine fois on sortira pas de la voiture... 

1 2 4

 

Lundi 15 octobre

Nous voilà sur la côte Est, à Cairns, à quelques kilomètres de la Grande Barrière de Corail ! Bientôt, nous naviguerons sur des eaux turquoises et nagerons parmi des tonnes de poissons au dessus de coraux multicolores, oui oui mesdames et messieurs ! Mais pour ce compte-rendu, vous devrez probablement attendre un peu..

En attendant, des bises à tous.

Commenter cet article

Blouin 12/11/2012 11:35


Non je n'en parlerai plus avant l'année prochaine quand je retournerai à Brest, car c'était vraiment très riche en beurre et en sucre et mon foie me le fait sentir. Bonne suite de voyage. Tarte
fine...

Blouin 02/11/2012 10:37


Ah zut, il faut attendre la suite, c'était passionnant le récit avec des photos superbes comme toujours, mais bon il faut un temps pour tout. Lundi, en revenant de Brest, je me suis arrêtée
à Quimper que je ne connaissais pas : il faisait soleil, j'avais un guide personnel, j'ai fait des photos de toutes ces vieilles maisons ravissantes et de la cathédrale St-Corentin qui est
splendide; j'ai marché au bord du Steïr et de l'Odet (il n'y avait pas de chutes d'accord), mais j'ai vu le confluent et les ponts étaient décorés de magnifiques gerbes de chrysantèmes de
plusieurs couleurs, çà avait de la gueule. Pour finir nous avons déjeuné d'une galette kemper à l'andouille et aux pommes confites au lambig et d'une crêpe caramel beurre salé chantilly et
noisettes grillées glace au caramel, un délice. J'ai pu reprendre la route pour les 200 kms pour retrouver Nantes. Et ce matin je vais à Talensac par le tram; il pleuvait au matin et
à présent il fait soleil : l'aventure continue. BIsous, tarte fine... 

Mickanaïs 12/11/2012 10:27



Ne me parlez pas de crepes et de galettes, j'en reve :) ca a l'air magnifique oui! Profitez bien