Penola : tu veux t'casser mais tu peux pas.

Publié le par Mickanaïs

Nous avons donc quitté l'Etat du Victoria pour arriver dans le South Australia. Nous arrivons près de la frontière et là nous voyons un grand panneau : QUARANTAINE, jetez tous vos fruits, légumes et plantes avant de rentrer dans cet Etat sous peine d'une lourde amende. Nous mangeons donc notre dernière tomate au bord de la route juste avant de passer la frontière. Ces restrictions sont mises en place pour éviter le transport éventuel de maladies entre plusieurs territoires. Nous remarquons aussi que l'heure n'est pas la même, en effet dans le South Australia, il y a une demi heure de moins que dans la Victoria (donc 9h30 d'écart avec la France au lieu de 10h), il faudra donc faire attention à chaque passage de frontière.

Notre destination, une petite ville paumée en plein campagne appelée Penola. Pourquoi aller se perdre dans cette zone ? C'est une région viticole et nous sommes dans la période de haute demande en main d'oeuvre, nous espérons donc trouver deux places pour le ramassage du raisin. Le lundi 27 février nous arrivons donc à l'office de tourisme pour demander s'ils n'ont pas une liste des exploitants au alentours. On nous donne trois numéros de téléphone d'agence de recrutement spécialisée dans les travaux saisonniers. Le premier sur la liste sera le bon, Chris s'occupe de trouver des travailleurs pour tous les vignerons de la régions et c'est lui qui organise le ramassage de leurs raisins. La saison du raisin rouge vient de commencer et dans les jours qui viennent, il y aura beaucoup de travail ! Il nous dit de revenir le lendemain pour signer notre contrat et que nous commencerons mercredi matin. Nous sommes super heureux d'avoir trouvé si vite mais nous allons déchanter très vite. Nous croisons des français sur une table de pique-nique qui travaille déjà pour lui et il nous dresse un tout autre tableau. Chris embauche trop de monde, les heures sont donc divisées, au lieu de 5 jours sur 7, c'est plutôt 3. En plus tu peux te faire virer sans aucune raison du jour au lendemain. Mais bon, ils restent parce qu'ailleurs de toute façon c'est pareil, et puis c'est payé à l'heure, et 13,50$ net c'est déjà pas mal pour ce genre de boulot. En plus la récolte du rouge commence, on devrait vraiment faire des heures !

Nous décidons de voir comment ça va se passer dans les prochains jours pour décider si nous restons ou pas et ça commence plutôt mal. Le mercredi on aura fait 4h et le jeudi 3, par contre le directeur de la compagnie qui nous embauche viendra avec un photographe pour faire un article sur les travailleurs. Des filles (dont Anaïs) seront choisies pour être prises en photos en train de travailler et pour nous remercier Chris nous a invité à passer chez lui le jeudi après-midi avec une personne de notre choix pour goûter son vin.

5-copie-1 

Cette bonne surprise ne nous fera pas sourire longtemps puisqu'ils nous annoncent dans la foulée qu'on ne travaille pas le lendemain (vendredi) ! Nous attendons donc le lundi suivant avec impatience pour recommencer le travail mais pendant le weekend, la pluie s'en mêle et le travail est retardé, Chris nous dit de ne pas partir, que mercredi ou jeudi ça va recommencer et qu'on va pouvoir faire des heures ! Nous sommes donc dans l'attente et on commence à s'ennuyer sévèrement. Parce qu'à ce moment nous étions pas mal pris par l'ennui, pour nous occuper nous avons décidé de vous décrire une journée type de boulot, et une journée type de repos. 

VOILA C'EST QUOI QU'UNE JOURNEE DE BOULOT A PENOLA :

Notre tenue est super glamour ! Des chaussures fermées et un pantalon pour prévenir des morsures de serpents (on en a pas encore vu). Une chemise avec un col et manches longues, une casquette, des lunettes de soleil et une bouteille d'eau pour le soleil et la chaleur (et aussi les belles grosses araignées qui peuvent se balader sur ton dos, Micka peut en témoigner) Nous devons arriver à 6h30 au lieu de rassemblement, et on a le droit au petit discours d'encouragement (ou découragement pour certains, au choix) : pas le droit de parler, rapidité obligatoire, les filles ont droit d'utiliser les toilettes portables mais seulement pour la petite commission, les gars quant à eux doivent uriner dans la nature mais pas devant les filles sinon t'es viré ! Il nous redit qu'ici c'est un travail comme à l'armée et qu'il a besoin de champions, les autres ils se feront licencier ! Nous voilà sur-motivés après tant de gentillesse, nous devons faire une file de véhicules et nous suivons les dirigeants sur le lieu de pickage (qui change tous les jours). Ensuite chacun prend un seau, son sécateur, puis deux lignes se forment : les filles d'un côté et les garçons de l'autre pour former des binômes de travail ! Tu ne dois surtout pas te mettre avec ton partenaire sinon tu vas parler et souvenez vous, "Don't talk" ! Puis le travail commence, selon les exploitations, il faut soit tout couper, soit les plus grosses grappes, dès que tu as fini un pied, tu vas au suivant et si ton seau est plein, tu dois dire "BUCKET PLEASE !" (pour les Nuls : SEAU SVP !). Et comme on peut pas parler, il faut bien trouver un moyen de rire un peu quand même : quand quelqu'un dit "bucket please", plusieurs autres expriment la même requête en choeur pour donner un son mélodieux digne des plus beaux tubes de David Guetta : des Bucket Please à tout va pendant 30 petites secondes, et ça nous fait marrer. Oui oui, il en faut peu pour être heureux !

68 70  

VOILA C'EST QUOI QU'UNE JOURNEE REPOS A PENOLA :

On se lève souvent vers 9h, on se dirige vers le parc dans le bourg de la magnifique bourgade de Penola où on peut trouver les toilettes, les tables de pique-nique avec barbecue gratuit (plaque en métal donc pratique pour faire griller les toasts ou faire des oeufs au plat, bah oui on a pas assez d'argent pour faire griller de la bonne viande !) et la piscine municipale qui est gratuite aussi (les douches sont froides mais ça fait du bien quand même, surtout après une bonne journée de boulot). On rejoint les autres, nous sommes un groupe de 5 couples de français, deux amies francaises et deux frères belges qui avons chacun notre van et nous ne voulons pas payer le camping ou le backpackers donc on squatte toujours au même endroit tous ensemble ! On prend le petit déj', on va dans les toilettes pour la toilette (étonnant hein ?!) matinale, puis direction la bibliothèque où on a le droit à une heure d'internet gratuit par jour et où on peut recharger notre ordi, téléphone, etc Le midi soit on mange pas, ou rapidement pour rester dans la librairie et glander, à 16h max (la fermeture), on revient au parc, on va prendre une douche puis on reste tous ensemble autour de la table. On mange tôt (19h) puis vers 20h30 on va à l'endroit où on gare nos vans (à côté d'un terrain de tennis) et chacun va regarder un film ou des séries dans son lit. Du coup vers 22h on dort (parfois 23h quand on fait les foufous).

23 19  

Nous avons bien repris le travail le mercredi 7 mars, mais au lieu de faire du picking, on a eu la surprise de faire du cleaning. La principale différence est que le cleaning est au rendement. Ensuite le travail dépend des vignes, ce jour là nous avons dû enlever les raisins verts et les trop petites grappes. Parfois il faut couper des branches, tailler les pieds. On fait une ligne chacun à la fois et parfois c'est payé 7 dollars la ligne (que tu fais en une heure environ)... En bref, bonjour l'arnaque à moins d'avoir le rythme de Robocop ou de faire ça n'importe comment. Le jeudi aurait dû être une grosse journée, on a fait que 3h, pourtant il ne fallait pas aller trop vite car il fallait ne prendre que les grosses et belles grappes mais malgré ça, on était trop à travailler. Par contre la propriétaire de la vigne aura offert une bouteille à chaque picker ce qui est super sympa, surtout quand on sait que nous étions plus de 60 à travailler ce jour là !

7-copie-1 9

Puis un matin, alors que nous nous apprêtons à rouler en direction du travail comme chaque jour de semaine, c'est le drame. Le van cale, puis ne redémarre plus. Et là, tout s'enchaîne : tout d'abord, nous apprenons que la panne n'est pas petite et qu'un examen approfondi du véhicule est nécessaire. Le soir même, Mickaël fait maladroitement tomber le pc, qui ne fonctionnera définitivement plus... Puis le lendemain, résultat de l'examen de la part du garagiste : la culasse est morte, avec plusieurs endroits fissurés, et des petits bouts de métal se sont baladés à l'intérieur du bloc moteur, pour sectionner à moultes reprises la courroie de distribution. En bref, c'est la grosse merde. Et encore on reste polis ! D'autant plus que ce qui avait conforté notre choix d'achat de ce van était des factures prouvant le remplacement de tout le bloc moteur, il y avait de ça 8000km... On prend donc les mêmes et on recommence tout comme en Nouvelle-Zélande : nous voilà avec un véhicule hors d'état d'usage, à devoir retrouver un nouveau moyen de locomotion (le prix de réparation du van pouvant s'élever jusqu'à 4000$...). Pendant environ deux semaines, nous serons alors des petits boulets qui recevront énormément d'aide de nos généreux collègues de travail :

- tout le monde a poussé le van jusqu'au garage pour le fameux examen

- nous avons été emmenés chaque jour au travail, à la bibliothèque, faire nos courses

- le van a été tracté de nouveau à notre lieu de camping

- une tente nous a été prêtée à plusieurs reprises pour nos nuits sans lit

- nous avons pu passer un weekend sur Mount Gambier (une vraie ville avec des magasins et tout) tous ensemble et en profiter pour acheter notre nouveau pc

Nous profitons d'ailleurs de cet article pour remercier encore une fois tous les gens qui nous ont aidé et soutenu, que ce soit directement ou indirectement, pendant cette période pas très folichonne pour nous. Mais plus particulièrement nos partenaires Pénoliens : Manon et Yoann, Elodie et Nathan, Maribelle et Ben, Camille et Lucile, Brice et Gilles, et enfin Florian et Amandine ! Nous tenons particulièrement à remercier ce dernier petit couple manceau sans qui on serait probablement pas encore sortis de la berge : grâce à eux, nous sommes allés sur Adelaide le temps d'un weekend pour nous trouver un nouveau véhicule. De plus, nous aurons profité des grandes qualités de menuisier de Flo pour aménager notre nouvelle (petite) maison, de façon à pouvoir avoir des espaces de rangement tout en pouvant dormir confortablement !

D'ailleurs, en parlant de nouvelle maison, laissez- nous vous présenter notre nouvelle acquisition : cette petite Holden Commodore de 1996 est maintenant notre fidèle destrier, pour le reste de notre voyage nous l'espérons. Au revoir donc Dylan, et bienvenue à Holden Paso !

51 55 65

Mais les galères ne s'arrêtent pas là ! Une fois le véhicule acheté, il faut l'enregistrer à son nom, et pour cela il faut avoir une adresse résidentielle. Pour ce faire, tous les voyageurs donnent une adresse de camping, ce qui d'après ce qu'on a pu entendre à plusieurs reprises, ne pose jamais problème. Mais pas pour nous ! Après avoir essayé de négocier tant bien que mal, impossible d'avoir le transfert du véhicule à notre nom, et la réponse est sans appel : nous devons trouver quelqu'un qui accepte de signer un papier attestant que son adresse est notre adresse résidentielle. Bien entendu, pas moyen de contourner la chose : il faut renseigner nom, prénom, date de naissance, numéro de permis de conduire, ... Après avoir gentiment reçu les refus de notre employeur, de la conseillère clientèle de la poste de Penola, et de l'unique agent de police de Penola, nous tenterons finalement avec les seuls autres Pénoliens avec qui nous avons pu avoir de vraies discussions : la famille Jackman (nous avons demandé, Hugh Jackman n'est pas dans leur arbre généalogique) ! En plus d'avoir accepté de signer ce maudit papier, ils nous ont offert tomates, salades composées, fromages de qualité (de l'Epoisse !), saucisses et plusieurs bouteilles de vin au cours de notre séjour. Ils ne liront probablement jamais ce blog, mais un grand merci à eux aussi pour leur générosité.

79 10

Comme vous aurez pu le comprendre ci-dessus, notre passage dans le pays des vignes n'aura pas été que calvaire. Nous nous sommes bien marrés pendant un mois, nous avons eu plusieurs fois l'occasion de manger comme des rois, et nous avons même participé à un tournage digne des plus grands studios d'Hollywood : une scène de 10 secondes que nous aurons tourné à 7 reprises ! Si ça c'est pas la classe à Dallas. En remerciement, nous n'aurons pas de salaire, mais chacun 2 bouteilles d'un très bon vin local, primé à plusieurs reprises. Merci Leconfield (au passage, leur site internet : http://www.leconfieldwines.com/. Nous devrions être dessus en octobre si tout se passe bien !).

28-copie-1 30 36 

Au final, petit bilan de ce mois riche en émotions : beaucoup de merci qu'on ne se lassera pas de répéter, et mention spéciale à toutes les rencontres faites là-bas. Nous sommes actuellement sur Adelaide, on the road again, direction Perth pour retrouver la chaleur qui nous manque un peu, il faut l'avouer. Pour éviter d'avoir trop chaud, vous avez peut-être remarqué un changement chez Micka. Si ce n'est pas le cas, alors ces deux photos devraient vous servir d'indice :

12 14 15 

Des bisous !

Commenter cet article

Maï 09/04/2012 11:05


Bon éh bien vous ne vous en sortez pas si mal au final !! Ca n'a vraiment pas du être facile tous les jours, mais vous avez géré encore une fois !! Bravo à vous !


et Mika... T'es trop boowwwww ;)


plein de bisoussss

Blouin 03/04/2012 19:52


Si ce n'est pas de l'aventure çà ? je veux bien manger 6 tartes fines ... Cela me paraît un peu moins sympa que la NZ, mais bon cela fait voir les bons et mauvais côtés des choses. Mais vrai vous
n'avez pas eu de bol avec tous ces avatars; espèrons que c'est fini pour le moment et que vous allez bien travailler pour avoir beaucoup de soussous pour continuer. Je trouve Micka super-beau
avec sa nouvelle tête et Anaïs ? Toujours aussi belle ? Je vous embrasse.

TinMar 02/04/2012 08:18


L'aventure, la vraie. Malgré les galères, ça fait envie. Ca tisse des liens importants. Plein de bibisousous.

Somexibou 02/04/2012 07:49


Yeah un nouvel épisode de MickAnais ! Et on voit enfin les fameuses photos de Micka Avant/Apres, mouahaha ^^
J'ai quand même un coup de coeur pour Holden Paso qui est ... rouge ! Cerise Powaaa !
Bisous bisous (et maintenant j'suis en retard ...!)